Travail au noir

Grâce à la saisie-contrefaçon, LINAGORA a pu mettre au jour des manœuvres frauduleuses dont elle ne soupçonnait même pas l’existence de la part de BLUE MIND.

Et quelles manœuvres !

Pendant les 18 mois qui ont suivi la démission de l’ensemble des membres de l’équipe OBM, ces derniers ont travaillé à la mise sur pied du projet Blue Mind :

  • soit en se faisant employer par des sociétés diverses (et notamment une société dont Pierre Baudracco est administrateur, E-DEAL) ;
  • soit directement par BLUE MIND ;
  • soit sans même être légalement déclaré.

Selon son niveau de trésorerie disponible, la société BLUE MIND fait en effet osciller ses collaborateurs entre le statut de salarié et celui de chômeur, pendant lequel ils continuent néanmoins de travailler de manière non déclarée pour BLUE MIND.

Le registre du personnel recueilli au cours de la saisie-contrefaçon permet de constater ces aller-retours de salariés, entrant puis sortant de l’entreprise :

rpbm

Ces délits de travail dissimulé répétés sont corroborés par un courrier électronique interne dans lequel Monsieur Pierre Baudracco, outre qu’il reconnaît à demi mot la reprise du code source d’OBM (« on a fait ce qu’il faut« ) fait état que Monsieur Anthony Prades travaille au noir pour BLUE MIND :

salarie_et_pas_vrai

Cette pratique de travail dissimulé par dissimulation d’emploi salarié concernant Monsieur Anthony Prades semble avoir continué dans le cadre des activités « normales » de BLUE MIND :

carrement_bien_renseigne

Aussi, pour Monsieur David Phan :

devirer_david

De même, pour Monsieur Pierre Carlier qui mentionne son « nouvel employeur » au détour d’une conversation instantanée recueillie au cours de la saisie-contrefaçon :

screenshot5

Ainsi, à la contrefaçon du code de LINAGORA et du code d’autres développeurs, s’ajoute le travail au noir.

Pour compléter le tableau, BLUE MIND ne craint pas d’utiliser des logiciels piratés pour les besoins de son activité.

Partager Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page