Des logiciels piratés

Certains logiciels sont indispensables à l’activité de la société BLUE MIND.

Or, ces logiciels sous licence privatrice ont un coût non négligeable pour une société récemment créée.

Afin de limiter ses coûts et accélérer son développement, la société BLUE MIND a donc mis en oeuvre une tactique de piratage systématique des logiciels « indispensables à son activité » pour s’en épargner les coûts de licence :

softs_pirates

Cet extrait provient d’un courrier électronique interne à la société BLUE MIND, récupéré lors de la saisie-contrefaçon. Et 2k8r2 désigne Microsoft Windows 2008 Server.

Autrement dit, les pratiques de contrefaçon de BLUE MIND pour les besoins de son activité sont générales et nullement limitées à la seule contrefaçon du code de LINAGORA et de celui de développeurs tiers dans la solution Blue Mind.

Partager Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+Email this to someonePrint this page